Lettre de sociétaires Smart à sociétaires Smart

Lettre de sociétaires Smart à sociétaires Smart

Bonjour,

Nous sommes membres de SmartFr à Rennes et nous essayons, depuis que nous avons été informés de la situation de notre coopérative, d’en suivre le déroulement. Nous avons pris la décision de vous écrire aujourd’hui dans le but de vous partager notre point de vue sur notre situation commune et de recueillir le vôtre.

Sans doute avez vous été destinataires, tout comme nous, des mails de la direction et des syndicats nous indiquant la situation catastrophique de Smart et de ses salarié.e.s permanents ?

Pour résumer, un plan de licenciements est en cours, il concerne 32 de nos collègues salarié-e-s permanents. Il entrainera une charge de travail énorme pour celleux qui resteront, sans savoir dans quelles conditions exactes iels auront à exercer leurs nouvelles fonctions. Un plan de licenciement qui va se faire sans plan de prévention des risques professionnels qu’il entraine … déjà 15% d’arrêt maladie et combien de collègues salarié-e-s permanents en souffrance ? En tant que sociétaires, nous nous sentons concernés par la situation de nos collègues permanents et souhaitons exprimer ici notre solidarité.

Nous avons également été informé du redressement judiciaire et des risques qu’une liquidation pourrait entrainer pour nos trésoreries et nos activités. La direction ne nous donne aucune garantie sur la suite, à part que de nouveaux outils viendront prendre le relai de la coopérative. Des outils de portage salarial contre lesquels au départ Smart s’était crée. Malgré les affirmations contraires de la direction, nous sommes plusieurs membres à mesurer dès à présent des impacts sur nos conditions de travail et nos chiffres d’affaire. Collaborateurs plus frileux à nous confier des missions, anxiété causée par la situation qui réduit considérablement notre capacité de production, impossibilité de répondre aux appels d’offre courant sur plus de 6 mois, interrogation sur notre avenir qui nous empêche de faire des devis et repousse certaines de nos activités.

Tout cela est dû en grande partie à un choix délibéré de la maison mère belge d’abandonner brutalement ses filiales françaises à leur propre sort. Le plan de licenciement qui s’annonce et les compensations financières qui devraient normalement y être associées seront dérisoires. Le redressement judiciaire est en cours et nous fait courir des risques considérables, risques que la direction refuse d’anticiper par superstition. Tout cela dans un climat des plus détestable humainement et socialement.

Des salarié-e-s souffrent, permanents et membres. Nous sommes sociétaires dans une coopérative qui ne nous a pas donné la parole, pourquoi ? Sommes nous d’accord d’attendre passivement le devenir de notre structure ? de notre travail ? de nos trésoreries ? de nos collègues ? Outre nos préoccupations professionnelles, il est aussi question des valeurs et des postures communes que nous sommes sensés porter. A ce stade du redressement judiciaire et aux vues des dégâts déjà constatés, nous ne voulons pas être solidaires des décisions prises par la direction et le CA et nous souhaitons prendre la parole pour faire valoir nos points de vue.

Nous refusons d’être la masse silencieuse que l’on instrumentalise. Nous subissons notre manque de représentativité au sein de notre coopérative. Nos dirigeant-e-s ne nous donnent pas de moyens de nous exprimer, comme nos statuts le prévoient. Pourquoi aucune AGE (assemblée générale extraordinaire) n’a été organisée par notre CA pour que l’on traite de ces difficultés ensemble, comme le commandent nos statuts ? Pourquoi sommes nous désormais moins qu’informés par une direction et un CA à qui nous avons confié notre pouvoir d’agir et un devoir de nous rendre compte ?

De nombreuses questions posées par des membres restent sans réponses :

  • Pourquoi Smart abandonne les valeurs collectives que la coopérative à toujours mis en avant ?
  • Pourquoi ce choix politique de licencier a-t-il été fait (au détriment d’autres solutions) ?
  • Pourquoi avoir attendu avant de nous en parler ?
  • Pourquoi ne pas avoir utilisé le SIP, ou tout autre dispositif consultatif, pour nous intégrer à cette démarche ?
  • Les changements de structures ne vont-ils pas affaiblir les membres les plus précarisés ?
  • Les activités des membres ne font-elles pas déjà les frais de cette stratégie ?
  • Quelle est la place des membres dans cette situation ?
  • Pourquoi la Belgique prend autant de distances avec sa filiale française ?
  • Quid des garantis de nos trésoreries et de la continuité du service rendu ?
  • Quelle est le projet pour nos futures structures ?

Et vous, comment réagissez vous face à cette situation ? Qu’envisagez-vous de faire ?

Nous voulons que la direction belge reçoive une délégation de représentant-es des salarié-es français-es pour discuter des garanties économiques et sociales qu’elle peut assurer dans la période. Y seriez-vous également favorables ? Souhaitez-vous nous rejoindre et ajouter votre voix à la nôtre pour exprimer cette demande ?

Nous souhaitons mesurer nos forces et créer une action collective à l’image des valeurs pour lesquelles nous sommes arrivées chez Smart. Merci de nous faire savoir en réponse à ce mail comment vous réagissez à ce qui se passe et si vous voulez faire entendre nos voix.

Ne disposant pas de moyens de nous adresser à toutes et tous, nous avons demandé à nos représentants syndicaux d’utiliser leur base de contact. Celle-ci n’intègre malheureusement pas tous les sociétaires de notre coopérative. Nous comptons sur vous pour diffuser ce message le plus largement possible afin que le plus grand nombre d’entre nous puisse s’exprimer.

Nous souhaitons surtout mesurer nos forces et créer une action collective à l’image des valeurs pour lesquelles nous sommes arrivées chez Smart. Merci de nous faire savoir comment vous réagissez à ce qui se passe et si vous voulez faire entendre nos voix en nous adressant un mail à : membres-rennes@protonmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.